5 exemples de questions d'éthique et communication

1. Un patient de 67 ans est atteint d’un cancer du poumon. Les traitements ont stabilisé la maladie et la situation clinique est rassurante. Lors d’une consultation, le patient évoque la possibilité d’un don d’organe après son décès. Il parle de cela avec vous parce qu’il a entendu à la radio un reportage sur la difficulté de trouver des donneurs d’organes en Belgique.

Quel est le discours le plus adéquat à tenir ?

a. Vous dites au patient que le don d’organes ne concerne que les jeunes.
b. Vous dites au patient que le don d’organes coute trop cher et que sa famille devra supporter une partie des frais après son décès.

c. Vous expliquez au patient qu’atteint d’un cancer, il ne peut donner ses organes en vue d’une greffe mais que, par contre, il peut le faire dans un but de recherche scientifique.
d. Vous dites au patient que ce n’est pas le moment de parler de cela.

c. En cas d'infection ou de cancer, le don d'organe est interdit, car il y a un risque de transmettre le cancer ou l'infection au receveur

2. L’épouse d’un patient demande au médecin de ne pas révéler à son mari la gravité de la maladie dont il souffre. Parmi les 4 propositions suivantes, laquelle vous semble la plus adéquate ?

a. Le soignant est obligé de respecter la décision du conjoint qui connaît mieux l’état psychologique du patient que n’importe qui d’autre.

b. Le soignant doit tout dire au patient même si l’épouse n’est pas d’accord.

c. Le soignant, avec l’accord d’un membre proche de la famille du malade, doit instaurer le  traitement adéquat même si le patient n’a pas été clairement informé sur la gravite de son état.

d. Le soignant doit d’abord juger de l’état psychologique du patient avant de lui révéler la gravité de sa maladie et au besoin ne pas lui dire la vérité et s’en tenir à prévenir la famille proche (dans ce cas, son épouse).

d. Le droit du patient à l'information est primordial. Il a droit à toute la vérité qu'il est en état psychologique de recevoir.

3. Les techniques scientifiques permettent désormais de conserver des embryons humains congelés et d’en modifier le génome afin d’obtenir des individus ayant des caractéristiques spécifiques (couleurs des yeux, taille, etc.) ou d’en modifier un ou des gènes responsables de maladies incurables.
Parmi les affirmations ci-dessous, laquelle vous parait la plus pertinente ?

a. Ce type de recherche est inutile, il vaut mieux laisser faire la nature.
b. Ce type de recherche peut apporter un avantage mais nécessite des balises et des règles tant dans le respect du principe de précaution que dans celui d’équité et de justice.
c. Il faut condamner les chercheurs qui proposent ces techniques, les organismes qui financent ces chercheurs et les journaux qui publient leurs résultats.
d. Chacun est libre de ses choix et il n’y a pas lieu d’imposer des contraintes éthiques en ces matières.

b. Actuellement, les manipulations génétiques doivent être limitées aux maladies génétiques. Elles ne peuvent être utilisées dans le cadre de la médecine dite "d'amélioration".

4. Vous vous rendez chez le médecin pour un mal de gorge et des symptômes grippaux. Vous attendez de lui qu’il vous prescrive une médication après un examen clinique. Pendant la consultation, le médecin vous pose aussi la question de savoir comment vous vous sentez dans votre vie personnelle.

Comment considérez-vous cette dernière question ?

a. Inappropriée

b. Inutile

c. Intéressante
d. Déplacée

c. Il est du rôle du médecin généraliste d'approcher le patient dans sa globalité, tout en évitant d'être intrusif.

5. Vous êtes le seul radiologue du service à savoir utiliser l’un des appareils d’échographie. Vous avez l’impression qu’à cause de cela vous avez plus de travail que les autres. Cela dure depuis un certain temps. La démarche la plus efficace serait :

a. d’en parler à votre chef de service


b. de chercher un travail dans un autre hôpital

c. d’être fier d’être le seul à avoir cette expertise
d. d’en parler à vos collègues

 

d. Il est important de verbaliser ses problèmes, et il convient d'en parler aux collègues en premier lieu, même si c'est l'option "émotionnellement" la plus difficile. 

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey LinkedIn Icon

© Avempace.be asbl 2017-2022

BE0670.874.764

ASBL non soumise à la TVA

info@avempace.be

Avenue des Arts, 3-5

1210 Bruxelles

+32 (0) 489 833 356

Conditions générales

Politique de confidentialité

Crédits photo: XavierPortela.com